Forum dédié aux Films d'horreur , gore , bis et z , nombreuses discussions , critiques , tests dvd , jeux concours
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion






Editeur dvd & Blu-Ray

Editeur dvd Bis et Z

Réalisateur & Producteur de films indépendants

Coup de coeur

Partagez | 
 

 IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amityville666

avatar

Nombre de messages : 5812
Age : 25
Localisation : Champagne-Ardennes
Points : -495
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]   Lun 11 Juil - 0:32

IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU




FICHE TECHNIQUE :

Titre : Il était une fois Johann Sebastian Bach - L'Homme qui tutoyait Dieu
Année 2003
Pays : France
Genre : Biographie/Musical
Durée : 105 minutes
Scénario et Réalisation : Jean Louis Guillermou

INTERPRETES :

Christian Vadim (Johann Sebastian Bach),
Elena Lenskaya (Anna Magdalena Bach (sous le nom Elena Lenina)),
Frédérique Bel (Maria Barbara Bach),
Jean Rochefort (le narrateur (voix)),
Cédric Vallet (Johann-Christoph Bach),
Daniel Duault (Le duc de Weimar)

SYNOPSIS :

Une évocation de la vie méconnue du Kantor de Leipzig, basée sur les écrits et reconstitutions de l'allemand Fürkel, né en 1751, qui a toute sa vie oeuvré à la recherche des partitions manuscrites authentiques de Jean-Sébastien Bach, revendues à sa mort en 1750 par ses fils.

MON OPINION :

Ca y est, nous y voila, je vais traiter sur mon compositeur favori, qu'est le fameux Johann Sebastian Bach.
Le film occupe une très grande partie de la vie du compositeur. Le métrage s'ouvre sur les obsèques de Johann-Ambrusius Bach, le père de Johann Sebastian, alors qu'il n'était âgé de 10 ans. Le pauvre perd sa mère quelques mois auparavant, mais ceci n'est pas évoqué dans le film. Donc nous suivons le petit Johann Sebastian, qui possède une soif d'apprendre absolument extraordinaire, étant déjà un virtuose de l'Orgue à Tuyaux, du Clavecin, ainsi que du violon. Le petit à une passion tel, qu'il en écrira des partitions le soir, sous la lumière de la lune. Ce qui va provoquer ses problèmes de vue plus tard dans sa vie. Le petit n'avait pas le droit d'étudier les partitions des plus grands compositeurs à son époque. Mais il va transgresser cette règle, et son tuteur, qu'était son grand frère Johann Christoph, lui privera d'exercer sa passion, ce qui va provoquer par la suite la fuite de Johann Sebastian...





Johann Sebastian au clavecin dirigeant un de ses orchestres.

La vie du compositeur va être très tumultueuse. Il se marie avec une cousine éloigné : Anna Barbara Bach, et aura sept enfants avec elle. Celle-ci décédera alors que son mari était en voyage. Puis avec sa seconde femme, Anna Magdalena Bach, personnage très important d'ailleurs, aura 13 enfants avec Sebastian (c'est son surnom, mais on ne le dit pas dans ce film.) Donc Johann Sebastian a 20 enfants en tout, à l'âge de: 23, 25, 27, 28, 29, 30, 33, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 45, 46, 47, 48, 50, 52 et 57. Certes, vous me direz que c'est un détail inutile, mais, c'est tout de même bon à savoir.
Certes de nombreux enfants, mais seulement 10 survécurent, les temps étaient bien durs à l'époque. Entouré de la Mort, traumatisé depuis la mort si brutale de ses parents, le compositeurs ne cessera d'évoquer la souffrance, la mort, l'élévation de l'âme, portant son art vers le divin, comme le titre du film l'indique, Johann Sebastian Bach est allé la où aucuns compositeur n'est allé avant lui, ou même après, c'est à dire à tutoyer Dieu. Beethoven lui communiquait avec le ciel, il le disait, "la musique est le langage de Dieu".
Malheureusement la vie de ce compositeur mathématicien théologien et philosophe qu'est Johann Sebastian Bach se terminera mal. Trois ans avant son départ vers l'autre coté du miroir, ce dernier, frappé par la cataracte, eu recours de l'aide d'un oculiste, qui fût John Taylor. Or, c'est un charlatan, il était chevalier (raison de plus pour le détester) ces deux opérations furent un échec, et le compositeur devient complètement aveugle. Mais il continua de diriger les orchestres avec la tête, et ne cessera de composer, tout du moins a dicter ses partitions à son fils Carl Philipp Emanuel, musicien et compositeur très réputé, qui fût l'un des professeurs pour Ludwig Van Beethoven et Wolfgang Amadeus Mozart.
Sebastian composa jusqu'a son lit de mort, en pleine élaboration d'un contrepoint de "DIE KUNST DER FUGUE" (l'art de la fugue). En passant, il fût le créateur de cette pratique qu'est le contrepoint, il s'agit de superposer plusieurs mélodies en une seule. C'est plus que du génie, un vrai architecte musical ! Comme le dit Mozart, de même pour le film, il disait une phrase émouvante, qui est "Celui qui doit le plus à Johann Sebastian Bach, c'est Dieu"...



Il y a tellement de choses à dire sur le compositeur en lui-même, mais ne virons pas dans le Hors Sujet, revenons en au film à proprement parler.
Tout d'abord, le plus surprenant c'est le choix du casting, ça saute aux yeux, c'est choquant. Nous avons Christian Vadim qui interprète le grand Bach (surnom aussi attribué à Emanuel, à ne pas confondre, mais il ne l'est pas dit dans le film, pour ne pas embrouiller sans doute) Certes, cet acteur est pas mal, mais pour jouer ce personnage la non, il ne lui ressemble pas du tout, ils auraient pu faire un effort comme pour le film "COPYING BEETHOVEN" ou Ed Harris, l'acteur qui joue le rôle de Ludwig a une ressemblance frappante avec le véritable compositeur. Ici il en est tout autre, mais on peut pardonner cela, étant donné qu'il est rare de trouver une personne ressemblante. Autre choc, la présence de Frederique Bel. Très surprenante dans le rôle de Maria Barbara Bach, la premier femme de Johann Sebastian. Malheureusement, elle n'a qu'un rôle secondaire, étant donné qu'elle décède vite.
Quand au narrateur du film, c'est la voix de Jean Rochefort qui va accompagner le film. Bon choix, mais son texte est trop monotone, et il a un début de fou rire à un moment, très sympathique.
Encore un choc niveau casting, le plus gros après Christian Vadim, c'est la fameuse Elena Lenina. Candidate dans le jeu de télé-réalité Nice People, elle fait son premier rôle au cinéma en endossant le rôle de la seconde femme de JS Bach, qui est Anna Magdalena. Dans l'histoire c'est un personnage très important, grâce à elle nous avons une partie de l'oeuvre de son mari qui est sauvegardé, mais ici, bien cette bimbo ne sert qu'a mettre en valeurs sa paire de seins, sans doute pour faire un peu d'attraction, tellement il y a rien à voir. Mais, ça ne marche pas avec moi. Pas du tout.



My gosh, he's so hot !


Fin de la première partie...


Chroniques à venir :
...
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/emmanuel-cavallo
Amityville666

avatar

Nombre de messages : 5812
Age : 25
Localisation : Champagne-Ardennes
Points : -495
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]   Lun 11 Juil - 0:40

Seconde partie

Continuons dans la chronique d'un désastre. Un gros défaut dans ce film, sans doute involontaire, pour cause de petit budget, mais le film regorge d'anachronisme. Par exemple, il y a un passage où Johann Sebastian Bach doit réparer les Grandes Orgues de la Cathédrale de Weimar. Le detail qui tue, cet instrument possède 4 claviers. Vous pensez qu'il est tout à fait normal cet Orgue, puisque maintenant le plus gros possède 7 clavier pour 130 000 tuyaux, je ne m'étendrais pas la dessus. En revenant à l'Orgue de la Cathédrale de Weimar, il possède donc 4 claviers. Seulement voila, à l'époque de Bach, il n'en existait que 3, le 4eme apparaît après, au profit de la musique galante, merci Beethoven, même si t'as quasiment jamais composé à L'orgue, pareil pour Mozart...
Autre anachronisme, dans la rue, les maisons possède des velux sur les toits, je doute fort que ce genre d'ouverture existait au XVIIeme siècle.

Passons maintenant au scénario. Il suit la vie de Johann Sebastian Bach, mais n'est pas fidèle avec sa vie. A vrai dire, le film réécrit sa vie, ce qui me déplais fortement. Mais bon, le film ne s'adresse pas aux connaisseurs, c'est une frustration ce film, même pire, une insulte au compositeur.
Nous avons droit à une mort suite à une opération foireuse de la cataracte, alors que cette opération l'avait rendu aveugle, pas tuer...
Lorsque nous regardons le making of du film, nous remarquons avec surprise que certains acteurs ne comprennent pas le scénario. A ne plus rien y comprendre...
Un détail tuant, le nom. Les noms de tous les personnages sont prononcés comme à l'origine, mais nous avons droit à "JEAN SEBASTIEN BACH" (prononcé Bac) Mais c'est de l'arnaque ! Il s'appelle Johann Sebastian Bach (prononcé Barch) enfin bon, c'est le petit détail qui fait la différence.
Pour en revenir avec le scénario, le film ne s'intérèsse que sur l'activité musicale. Sebastian est comme dit plus haut Mathématicien, Théologien et philosophe, en plus d'être compositeur, chef d'orchestre, professeur de latin et de musique. Il est également chanteur, et plusieurs sources disent que sa voix est très belle.



L'orchestre à cordes, élèves du Kapelmeister, de vrais cancres en passant.

Maintenant, parlons de l'essence même du film, la MUSIQUE. Bach ou la musique incarné, ils ne font qu'un. Et bien dans ce film, ou lala, les grosses bourdes. Vers le début du film, le jeune Sebastian inaugure l'Orgue d'Arndstadt, en jouant la fameuse FANTASIA ET FUGUE (BWV 542) Cette composition st l'une des plus puissantes jamais composés pour un Orgue.
Pour ceux à qui cela intéresserais, voila la musique en question :



Pour cette musique, dans le film, l'Orgue d'abord est plus petit, mais possède une sonorité bien raffinée. Quand à celui qui interprète ce thème, il y a des fausses notes. Etonnant pour la PERFECTION MUSICALE non ? Dans le Making Of celui qui joue de l'Orgue le dit lui même qu'il a du mal à jouer. Il faut avoir une très grande virtuosité. Mais c'est uniquement pour la Fantasia qu'il a fait des fausses notes, après, non. De même pour les passages ou JSB joue au clavecin, le jeu est très beau, parfait, sans fausses notes.
Par contre, le détail gênant, c'est que, même si les musiciens jouent les concertos du Kantor de Leipzig, bien, dans le Making Of, on se rend compte que le réalisateur ne demande pas de joeur la musique, mais de l'imiter, c'est SCANDALEUX ! Oui, je sais, je suis très difficile avec ça, mais demander d'imiter de la musique à des musiciens, c'est le monde à l'envers.
L'acteur qui joue le petit Johann Sebastian joue véritablement du clavecin, mais le thème qui joue, et le thème qui a été mit en post prod, mmm il y a un écart.
La musique est par contre omniprésente, soit interprétée, soit la pour accentuer les émotions. L'exemple qui m'a le plus ému est vers la fin du film. En 1747, Sebastian est frappé depuis maintenant trois ans de la cataracte. Il ne voit quasiment plus, c'est sa femme qui le guide, et durant cette scène passe le thème "Ich Habe Genug" (J'en ai assez) qui conte les désirs de l'au delà. Ceci à le don de me faire pleurer... La musique est si belle, elle élève les âmes, mais dommage que cet aspect à été passé à la trappe, sauf dans une réplique, bien peu. Mais le point positif, c'est que les musiques sont très bien choisit, mais on regretterait de ne pas entendre l'immense TOCCATA ET FUGUE (BWV 565) qui est la preuve de l'extrême modernité du compositeur, fascinant toujours d'ailleurs.

Pour ceux à qui ça ne leurs dit peut être pas, voici le toccata et fugue BWV565 :



Mais le film se rattrappe avec la présence de "KOMMT IHT TOCHTER", dans la Passion selon Saint Mathieu (BWV244). C'est un véritable cri de souffrance, considéré aussi comme le sommet de la Spiritualité Musicale.
Petite écoute :



Dans le film la version interprété est beaucoup plus lente. Il y a la présence d'un orgue aussi, mais dans ce film, les Orgues positifs où Bach y joue ne font aucun sons, pourtant, il y a une personne qui pompe l'air pour qu'elle arrive dans les tuyaux. Enfin bon...
Pour continuer dans la musique, le film reprend le thème "Jesus Bleibet Meine Freunde" (BWV147) mais en le raccourcissant, donc la massacrant, et le chef d'orchestre... ne sait pas diriger un orchestre, ses mouvements sont irréguliers. Oui, vous allez limite me dire que je suis casse bonbon, mais faut être un minimum réaliste.

Quand à la fin du film, effet intéressant. Bon, ne le cachons pas, vous connaissez la fin puisque Johann Sebastian s'en va de l'autre coté du miroir... Dans le film, il y a une musique qui accompagne la scène, puis lorsque nous savons que le compositeur est... Partit, la musique s'arrête, emporté avec lui... A vrai dire Bach n'était plus très apprécié, sa musique fut très vite oublier... Il a fallu attendre le XIXeme siècle avec Mendelhessen pour qu'il ressuscite la musique de Bach. Pour le compositeur, il fût jeté dans la fosse commune... Sympa pour le plus grand compositeur de tous les temps. Ses os ont été pillé par les Russes comme butin de Guerre, mais fort heureusement, ils furent retrouvés, et mit dans une crypte à Leipzig.
Voila comment se termine la vie du compositeur, dans l'oubli et la souffrance...

En conclusion, je peux dire que le film IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU n'est ABSOLUMENT PAS destiné pour les connaisseurs en musique, et surtout du compositeur... Un désastre, une catastrophe, horrible...

NOTATION :

REALISATION :


La réalisation est perturbent, elle ne permet pas de se concentrer sur la musique, ça bouge dans tous les sens, c'est moche. Durant les prestations à l'Orgue la caméra ne sait même pas ou se placer, et apparemment, le cadreur à découvert comment on faisait un zoom, le film en abuse parfois, ridicule. Quand aux prestations Orchestrales, pareil, la caméra se ballade sans faire gaffe. Mauvaise inclinaison de la caméra, détails inutile comme une colonne, ou des tuyaux d'orgue dans le but de filmer ce qu'il y a derrière, mais pour cela faut être bien placé. Et... J'en passe et des meilleurs.

SCENARIO :


Bon, c'est la vie de Bach, comment peut-on être aussi sévère avec lui, mais réécrire sa vie la je l'ai bien en travers de la gorge.

MONTAGE :


Des faux raccords monstrueux.

INTERPETATION :


Ah bon ils jouaient les comédiens ? J'ai cru que j'assistais à une simple répétition, à une lecture de texte que ces gens ont bien appris par coeur, sans la moindre émotion passé dans la voix, pas d'expression sur les visages, des pantins à perruques !

MUSIQUE :

...
C'est Bach merde alors !!!!

INTERPRETATION DE LA MUSIQUE :
(juste pour faire chier le monde)


Et bien voila ce que ça fait quand on me cherche avec Bach, on fait des fautes, on respecte pas sa musique, et bien tiens dans ta gueule !

INTERET SUR LE PERSONNAGE :

...
C'est Johann Sebastian Bach tout de même !!!

INTERET DU FILM :


Il aurait pu avoir 5, mais j'ai vite déchanté...

AVIS GLOBAL DU FILM :


Un point parce que j'ai mal pour Johann Sebastian Bach qui doit se retourner dans la tombe, un point parce que ces personnages se sont donnés du mal à faire ce film, c'est tout, et je suis bien gentil.

BANDE ANNONCE DU FILM :

http://www.commeaucinema.com/bandes-annonces/il-etait-une-fois-jean-sebastien-bach,19359

EXTRAIT DU FILM :

"Jesus Bleibet Meine Freunde" BWV147 :



Chroniques à venir :
...
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/emmanuel-cavallo
Moongaze Ginji

avatar

Nombre de messages : 9525
Age : 33
Localisation : derrière un ordinateur.
Points : 7088
Date d'inscription : 03/09/2008

MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]   Lun 11 Juil - 18:52

*_* XD Merci de ton avis sur le film sur Bach. Un peu de culture de musique classique ne fait pas de mal ! Même sur un forum de films d'horreur...MDR




Revenir en haut Aller en bas
Amityville666

avatar

Nombre de messages : 5812
Age : 25
Localisation : Champagne-Ardennes
Points : -495
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]   Lun 11 Juil - 19:42

C'est normal, fallait que j'en parle, parce que oui la musique classique, baroque pour ce cas la, ça ne fait pas de mal ^^

Après le film est une horreur (pour Bach) donc ça colle bien pour le fofo XD

Mais c'est aussi pour dire que ce film dit de la merde sur ce compositeur.


Chroniques à venir :
...
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/emmanuel-cavallo
salem's lot

avatar

Nombre de messages : 684
Age : 29
Localisation : France, Seine et Marne
Points : 741
Date d'inscription : 02/08/2010

MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]   Ven 15 Juil - 13:32

Eh ben ça c'est de la kro !!!

J'avoue que je ne suis pas très musique classique mais j'avais bien aimé le film Amadeus sur la vie de Mozart. En revanche, si je veux en savoir plus sur Bach, au vue de ta critique, je me tournerai vers un autre film! Merci d'en avoir parlé et d'avoir donné tous ces détails sur le compositeur, on sent bien la passion qui t'anime :)
Revenir en haut Aller en bas
Amityville666

avatar

Nombre de messages : 5812
Age : 25
Localisation : Champagne-Ardennes
Points : -495
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]   Ven 15 Juil - 13:42

Pas encore vu le film sur Mozart "AMADEUS", mais je sais que dans la BO ils réutilisent de la musique Baroque, celle de Pergolesi nottament.

(En passant j'ai aussi été contacté pour réaliser un film sur sa vie...)

Pour Bach, bien si tu veux des bonnes infos sur lui, pour moi, le meilleur film sur lui c'est "CHRONIQUE D'ANNA MAGDALENA BACH" j'en ferais une chro aussi, absolument magnifique comme oeuvre.

Mais pour BACH, certes, il est qualifié de Baroque, mais en réalité, c'est un mouvement à lui tout seul, le BAROQUE LUTHERIEN. Le compositeur ne voulait pas être catalogué, il faisait de la musique pour servir Dieu, même si il a fait des oeuvres profanes, que très peu.

Pour la passion, ou la oui ! Quand j'aime un artiste, j'aime bien découvrir plus ample sur lui, sa musique, sa philosophie, théologie, etc ^^


Chroniques à venir :
...
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/emmanuel-cavallo
salem's lot

avatar

Nombre de messages : 684
Age : 29
Localisation : France, Seine et Marne
Points : 741
Date d'inscription : 02/08/2010

MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]   Ven 15 Juil - 13:47

Amadeus est un excellent film. Par contre en ce qui concerne la fidélité du bonhomme et de son oeuvre je ne pourrait pas te dire car je ne m'y connaît pas du tout, lol

Merci pour les infos, j'essairai de me procurer le film sur Bach dont tu m'as parlé, ça pourrait être intéressant!
Revenir en haut Aller en bas
Amityville666

avatar

Nombre de messages : 5812
Age : 25
Localisation : Champagne-Ardennes
Points : -495
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]   Ven 15 Juil - 13:57

Je verrais bien dans ce cas. Merci pour ce conseil, faut que je le vois aussi.

Pour le film sur Bach on le trouve bien souvent en version originale Allemande, mais un DVD Zone 2 Francais est sortit justement.


Chroniques à venir :
...
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/emmanuel-cavallo
Moongaze Ginji

avatar

Nombre de messages : 9525
Age : 33
Localisation : derrière un ordinateur.
Points : 7088
Date d'inscription : 03/09/2008

MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]   Ven 15 Juil - 15:37

Pour Amadeus c'est une fiction, qui traite de la jalousie du génie artistique. Et la pièce de théâtre, dont le film en est tiré, reprend l'idée d'une rumeur infondée comme quoi Salieri est jaloux du génie de Mozart. Donc, je vous le dis par méfiance, la pièce de théâtre est déjà à la base inspiré d'un fait pour la construction de l'histoire, qui en est ensuite transformé en film et non la biographie officielle de Salieri et de Mozart. Même si on reprend ici et là des éléments biographique pour les besoins du film ! Ceux qui vous disent que ce n'est pas la vérité historique n'ont rien compris à l'oeuvre. :)




Revenir en haut Aller en bas
Amityville666

avatar

Nombre de messages : 5812
Age : 25
Localisation : Champagne-Ardennes
Points : -495
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]   Ven 15 Juil - 17:48

Je comprends mieux à présent, merci pour cette info Moon ^^


Chroniques à venir :
...
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/emmanuel-cavallo
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]   

Revenir en haut Aller en bas
 
IL ETAIT UNE FOIS JOHANN SEBASTIAN BACH : L'HOMME QUI TUTOYAIT DIEU [2003]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SPOILERS : Les caméos dans Il Etait Une Fois
» IL ETAIT UNE FOIS... un mur
» LE NAUTILUS de Il Etait une Fois...l'Espace
» Il était une fois trois petits lutins....
» Il était une fois en Amérique de Sergio Leone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SCHYZO DEAD HOUSE : VOTRE FORUM SUR LE CINEMA D'HORREUR,GORE,BIS ET Z ::  ::  :: -
Sauter vers: